Lun - Sam : 9.00 - 20.00 • Dim : fermeture

06 88 10 82 20

29, rue de la Procession • 78600 Le Mesnil-le-Roi

Top

Le curcuma

Synergies Aromayoga / Actualités  / Le curcuma

Le curcuma

L’épice qui modifie 700 gènes (en bien) !

Le curcuma est utilisé en Inde depuis des millénaires dans les currys, ces mélanges d’épices qui transforment les plats en une symphonie de saveurs. Pour autant, les médecines traditionnelles chinoise et indienne [1] ne l’exploitent pas pour son goût (car il n’en a quasiment aucun), mais pour ses vertus thérapeutiques. Plus récemment, les scientifiques ont isolé les principes actifs du curcuma. Le principal est la curcumine qui représente 90 % des curcuminoïdes. Dans 100 grammes de curcuma, on trouve environ 3 grammes de curcumine.  Parmi tous les nutriments, la curcumine a fait l’objet d’un nombre important d’études scientifiques. Rien qu’en langue anglaise, on en dénombre 2 600 [2] ! La curcumine est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anti-cancer et anti-inflammatoires. L’inflammation chronique est en effet un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques.

Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes [3], ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé :

  • Anti-cancer
  • Anti-inflammatoire (contre l’arthrite et la pancréatite)
  • Antioxydant
  • Diminue les douleurs rhumatismales et menstruelles
  • Stimule la digestion
  • Antimicrobien (soigne les blessures, ulcères, eczéma)

Un des MEILLEURS compléments pour beaucoup de cancers

  • Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifiqueCancer Prevention Research a observé que la curcumine inhibe la motilité (la capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation [1].
  • En 2009, une étude publiée dans la revue scientifiqueMolecular Pharmacology a observé que la curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du pancréas et accroît la sensibilité des cellules à la chimiothérapie [2].
  • Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favorise la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon [3].
  • Une étude de 2010 a conclu que la curcumine a la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses [4].

Comment la curcumine combat-elle le cancer ?

Ces trente dernières années, les cas de cancer ont doublé dans le monde et les estimations indiquent qu’ils pourraient tripler d’ici 2030. En Inde, où le curcuma est très répandu dans la cuisine, la fréquence de 4 cancers très répandus chez nous (cancer du côlon, du sein, de la prostate, du poumon) est 10 fois plus faible. En fait, le cancer de la prostate, qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes européens, est rare en Inde, et ce phénomène est en partie attribué à la consommation de curcuma.

Il apparaît que la curcumine agit contre le cancer de plusieurs façons :

  • inhibe la prolifération des cellules des tumeurs
  • aide le corps à détruire les cellules mutantes afin de les empêcher de se répandre dans votre corps
  • inhibe la transformation de cellules normales en cellules de tumeur
  • diminue l’inflammation
  • empêche le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur
  • inhibe la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs

Dans quels cas prendre de la curcumine ?

En plus de la prévention des cancers, l’action anti-inflammatoire de la curcumine soulage différentes maladies inflammatoires, notamment :

  • La polyarthrite rhumatoïde (inflammation des articulations) : une étude clinique a montré que la curcumine réduisait le gonflement des articulations, la raideur matinale et facilitait la marche chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde [1].
  • Les problèmes gastro-intestinaux, dont lesyndrome du côlon irritable, l’ulcère gastrique, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.
    • A titre d’exemple, 207 patients atteints du syndrome du côlon irritable ont reçu des extraits standardisés de curcuma. Après 4 semaines de traitement, 56 % des patients avaient vu une réduction de leur syndrome.
    • Autre exemple : lors d’une étude, des chercheurs ont observé que 48 % de patients ayant reçu 600 mg de curcumine 5 fois par jour avaient vu leurs ulcères gastriques disparaître après 4 semaines. Après 12 semaines, 76 % de cette même population n’avaient plus d’ulcères gastriques.
  • L’uvéite antérieure chronique, qui donne les yeux rouges et douloureux (larmoiement et crainte de la lumière).
  • La curcumine a également montré une légère amélioration dans les cas depancréatite.

[1] Jurenka J. S., Anti-inflammatory Properties of Curcumin, a Major Constituent of Curcuma longa : A Review of Preclinical and Clinical Research, Alternative Medicine Review

Le vrai potentiel de la curcumine est encore ignoré !

Malgré les nombreuses études déjà menées, les scientifiques estiment que le champ d’action de la curcumine n’est que partiellement exploré à ce jour. Autrement dit, tout reste à découvrir. La curcumine pourraient en effet offrir de nombreux espoirs aux personnes atteintes de maladies neurodégénératives (démence, Alzheimer, Parkinson), de maladies du cœur, de maladies des poumons, de maladies auto-immunes (sclérose en plaques, Lupus, sclérodermie), et de tumeurs (amas de cellules). Le prix du curcuma étant dérisoire par rapport aux médicaments et thérapies concurrents, c’est donc un cadeau de la nature accessible à tous.

L’extrait de plante Curcuma Run’essence

Le curcuma que l’on trouve dans les commerces alimentaires n’est pas très riche en curcumine. Vous devriez en absorber des quantités gigantesques pour commencer à bénéficier de ses effets. C’est pourquoi il existe des compléments de curcumine qui offrent un dosage suffisant. Mais tous ne se valent pas, car la curcumine n’est pas facilement assimilable par le corps. On dit qu’elle n’est pas très « biodisponible ». De plus, la curcumine est très rapidement éliminée par le corps ce qui limite son efficacité. Les bonnes formules de Curcuma, hautement « biodisponibles », sont relativement rares. L’extrait de Curcuma des laboratoires Run’essence est obtenu par imprégnation à la vapeur d’eau du rhizome de curcuma longa de la Réunion, le plus prisé dans le monde. Il contient des molécules terpéniques volatiles qui lui confèrent des propriétés proches d’une huile essentielle, ce qui en fait une formulation concentrée et de haute qualité.

 

Sources : Néo-nutrition, la lettre de la nutrithérapie

[1] Bharat B Aggarwal, Molecular Targets and Therapeutic Uses of Spices : Modern Uses for Ancient Medecine

[2] ALEXIOS S. STRIMPAKOS, RICKY A. SHARMA, Comprehensive Invited Review : Curcumin : Preventive and Therapeutic.

[3] Site mercola.com consulté le 12/02/2015, This spice inhibits brain tumors in 81 of mice tested

[4] Kim HI, Curcumin inhibition of integrin (alpha6beta4)-dependent breast cancer cell motility and invasion, Cancer Prev Res (Phila). 2008 Oct

[5] Li J, Polyethylene glycosylated curcumin conjugate inhibits pancreatic cancer cell growth through inactivation of Jab1, Mol Pharmacol. 2009 Jul

[6] Saha A, Apoptosis of human lung cancer cells by curcumin mediated through up-regulation of « growth arrest and DNA damage inducible genes 45 and 153 », Biol Pharm Bull. 2010

[7] Fong D, Curcumin inhibits the side population (SP) phenotype of the rat C6 glioma cell line: towards targeting of cancer stem cells with phytochemicals, Cancer Lett. 2010 Jul

[8] Jurenka J. S., Anti-inflammatory Properties of Curcumin, a Major Constituent of Curcuma longa : A Review of Preclinical and Clinical Research, Alternative Medicine Review

Partager
Stéphanie Margelidon